En ce magnifique temps, il fait sec et chaud, on profite de son jardin agréablement.
Hé bien, nous sommes rarement les seuls… en effet, des petits parasites aussi aiment ce temps.

C’est ainsi donc que nous retrouvons des plantes qui sans raisons apparentes perdent leur feuilles qui vidé de leur sève, jaunissent puis brunissent en séchant et se détachent du tronc prématurément.

Lorsque vous regardez plus attentivement, il se peut que vous trouvez des traces de fines toiles au revers de la feuille ou forment des galles et la crispation.

Si cela n’est pas le cas, allez voir un autre possibilité : carence ou excès

Si, c’est bien cela, c’est dû à des parasites venant de la famille des acariens, ils peuvent être translucide, vert pâle, vert foncé, jaune, orange jusqu’à rouge… tout dépendant de leur nature et de la plante dont ils se nourrissent.
On les trouve sous les noms : Tetranychus urticae (Tetranyques tisserands), Tetranychus cinnabarinus, …

En termes simple : ce sont des miniscules araignées.
Vous pouvez les retrouver partout, dans la maison, dans le jardin, … partout où il fait sec et chaud.
Elles sont reconnaissable par 4 paires de pattes et leur oeuf bien rond, cherchez les grâce à une loupe, leur taille va de 0,2mm jusqu’à 1mm.

araignees-rouges
araignées rouges *photos du site Gerbeaud*

Pour freiner la multiplication, il faut augmenter l’humidité, arroser donc abondamment les plantes surtout les revers des feuilles.
Lorsque les feuillages sont déjà bien atteints, il vaut mieux les arracher et les brûler pour les éliminer et diminuer la propagation au lieu d’espérer les traiter.

brumisation-plante-verte
brumissage d’une plante *photo du site de Gerbaud*

Il existe plusieurs traitements :

Classique : utiliser plusieurs acaricides (et non un insecticide), à alterner entre-elles pour un meilleur effet ou/et une solution à base de souffre (aussi anti-acaricide).
Exemple :Dicofol, Abamectin (Vertimec),PBI, milbemectin, hexythiazox, bifenazate, …
mais que nous devons avouer sont, en plus de coûter, tous d’une efficacité moyenne.

Bio et économique : si vous avez la possibilité, faites une solution à base de purin d’ortie (dilué à 5%) et asperger.

Bio intérieur : si vous avez une serre, vous pouvez introduire les prédateurs, Phytoselulus persimillis, un autre acariens qui s’en nourrira mais qu’il faut garder dans des températures de 18 à 20° et tenir une hygrométrie de 70%.

A retenir aussi que si vous décidez d’arroser toutes vos plantes extérieures par prévention, de préférence, faites-le tôt le matin.
Car vous pourriez faire un effet « loupe » et brûler les feuillages si vous décidez de le faire en plein midi et si vous décidez de le faire le soir, ce serait avantager la propagation des champignons.

Naturellement, les cas sont tous particuliers et ceci sont des conseils généraux.
Si vous ne vous trouvez pas dans ceux-ci, contactez-nous en envoyant au minimum une photo de près d’une feuille atteinte et une autre de plein pied afin de voir l’état général (de la plante et de son milieu environnant).

 

Ceci est un article de conseil vulgarisé et simplifié, pour plus de détails d’informations faites des recherches plus approfondies.

Garder le cap de Plaisir Vert en tant qu’entreprise utile qui démystifie le jardinage et qui permet que chacun profite de son espace vert est une priorité pour moi.

C’est toujours avec émerveillement que je découvre les enseignements du secteur vert où je m’empresse de les partager.

Aventureuse, éclectique, technophile, gourmande, … sont des caractéristiques qui me représentent bien.
Ce qui permet de fortement m’occuper dans la gestion de Plaisir Vert alors que je viens du secteur visuel.