Mon fils aimerait devenir jardinier, que doit-il faire pour y arriver ?

Devenir « jardinier » est un statut vague … le secteur vert est large, très large.
Comme dans tous les secteurs, il est important de trouver une « direction vers un métier spécialisé » ainsi il est plus facile à réfléchir sur les priorités à considérer.
Dans notre article sur les métiers du secteur vert, vous pouvez déjà y trouver une petite idée
(ex: un agent d’entretien n’a pas besoin des même formations qu’un élagueur et vice versa).

Dans tous les cas, voici les différents chemins pour y arriver (qui correspond à plusieurs professions) :

  • Études professionnelles spécialisées + stages en entreprise

Choisissez une école ayant la branche qui vous plait (horticulture, arboriculture, floriculture, …) et terminer vos études dans des stages (souvent bénévole) en entreprise.
ex à Bxl : Institut Redouté Peiffer

Avantage : assimilation d’une bonne connaissance des matières théoriques de la branche choisie + diplôme / certificat + travail encadré (école) + statut étudiant
Inconvénient : souvent un décalage avec les réalités des métiers

C’est le chemin choisi par David

  • Apprentissage en formation alternée

Suivez des cours 1 à 2 x par semaine et ayez un salaire d’apprenti pour les jours de travail.
ex à Bxl : Efpme

Avantage : salaire + certificat + travail encadré (école + entreprise)
Inconvénient : formation longue (min. 2 ans) + contrat strict

  • Formation en promotion sociale

Suivez une formation ciblée en tant que demandeur d’emploi sans occupation.
ex à Bxl : Iepscf

Avantage : formation courte (adulte) + certificat
Inconvénient : uniquement pour les demandeurs d’emploi sans occupation

  • Apprentissage sur le tas (expérience de la vie)

Vous avez la possibilité d’être en contact avec des gens en rapport avec le secteur et vous pouvez faire vos essais et votre apprentissage chez eux.
Ou vous postulez pour un contrat de travail dans le secteur.

Avantage : assimilation lente et naturelle
Inconvénient : selon la situation personnelle, votre niveau professionnel est variable selon votre personnalité et vos expériences + concours de circonstance

/! Souvent les premières expériences définissent le métier
(ex: avoir un job en tant qu’ouvrier d’entretien au départ ouvre difficilement l’accès aux abattages et vice versa)

C’est le chemin fait par Julien (famille + patron)

  • Contrat d’insertion professionnelle

Certaines entreprises proposent des contrats de travail spécifiques (contractuel, FPI, CDR, …) où vous pouvez apprendre le métier selon leur conditions, suivi ou non avec un centre d’emploi régional.

Avantage : expérience directe du métier + salaire + travail encadré (entreprise + bureau chômage régional)
Inconvénient : les conditions sont strictes et limitées, pour la durée du contrat et/ou en rémunération et/ou en conditions.

  • Contrat + formations continues

Vous avez la possibilité d’avoir un contrat de travail dans le secteur où votre employeur/entreprise vous envoi en formations pour vous perfectionner dans le métier.
Ou vous avez un contrat dans le secteur vert et vous demandez à votre patron des jours de formations (ex: chèques formations)

Avantage : assimilation sur le terrain + salaire + certificat
Inconvénient : formation longue (min. 3 ans selon vos aptitudes personnelles) + conditions de l’employeur/entreprise

C’est le chemin choisi par Jean-Sébastien

  • Expériences + validation des compétences

Vous avez eu la possibilité d’avoir de l’expérience dans le secteur, fier de vos acquis vous désirez valider vos compétences.

Avantage : certificat
Inconvénient : avoir déjà de l’expérience dans le métier

 

/! Ceci est une liste non-exhaustive des accès pour travailler en tant que salarié dans un des métiers du secteur vert. Les « entrepreneurs de jardin » sont souvent « indépendant », il faut alors le diplôme de gestion en plus.

Se lancer en tant que « jardinier » sans aucune connaissance du métier et du secteur est très risqué.

Naturellement, en tant qu’indépendant, vous avez la possibilité de suivre des formations supplémentaires/complémentaires à votre guise.
C’est ce que choisi Julien pour ses perfectionnements

Ceci est un article de conseil vulgarisé et simplifié, pour plus de détails d’informations faites des recherches plus approfondies.

Garder le cap de Plaisir Vert en tant qu’entreprise utile qui démystifie le jardinage et qui permet que chacun profite de son espace vert est une priorité pour moi.

C’est toujours avec émerveillement que je découvre les enseignements du secteur vert où je m’empresse de les partager.

Aventureuse, éclectique, technophile, gourmande, … sont des caractéristiques qui me représentent bien.
Ce qui permet de fortement m’occuper dans la gestion de Plaisir Vert alors que je viens du secteur visuel.