Faire une étude de terrain n’est pas obligatoire, elle devient primordiale si le gain d’énergie et financière est nécessaire.

Pour faire des économies de temps, d’énergie et financière, l’une des meilleures méthodes est d’étudier son terrain sous différents aspects.

Nous avons la chance, ici de pouvoir le faire et le publier.
Ce troisième article présentera différentes phases et sera suivis par d’autres pour une évolution au fil du temps.

Chaque article vous permettra de mieux comprendre votre terrain et de pouvoir agir de manière réfléchie.

    1. Observer et collecter les données que l’on voit directement en se promenant dans le terrain.
    2. Analyser et collecter les données extérieures qui influence votre terrain
    3. Choisir sa gestion du terrain

 

Admirez vos croquis

Grâce à la première analyse effectuée vous avez sur votre croquis l’écosystème de votre terrain.

En effet, vous avez l’ensoleillement et donc les zones d’ombres et le système d’irrigation actuelle.
Confirmé par votre flore et votre faune.

 

 

Vérifiez que tout est bien noté.

Si malgré tout, le résultat n’est pas logique, continuez à rechercher des informations et cela surtout dans l’historique et géographique proche de votre terrain.
Un résultat incohérent correspond généralement à un événement particulier qui a déréglé l’écosystème établi et où la nature n’a pas encore pu trouver sa stabilité.

 

Il ne vous reste plus qu’à choisir au visuel de votre jardin

 

Considérez votre terrain avec un nouvel oeil

La faune et la flore doivent comme tout être vivant s’alimenter, le plus important est de considérez votre micro-éco-système et de voir si vos envies correspondent à ce qui est déjà présent.

A ce stade, vous avez le choix de vous adapter à votre terrain ou d’adapter votre terrain à vos envies.

Si vos envies ne correspondent pas à l’éco-système actuel et que vous désirez ardemment y remédiez, les modifications pourront être importantes.
Il vous faudra considérer des travaux qui :

  • coupe / modifie les ressources
  • modifie les plantes choisies tout en gardant un style visuel de plantation

Ou vous tâchez de suivre au plus près les philosophies de la permaculture et vous vous adaptez un maximum.
Si le terrain vous le permet et que vous optez sur un mix des deux possibilités, la réflexion est autant de mise.

 

Dans tous les cas, maintenant, vous avez réussi à faire votre analyse du terrain ! Félicitation !

 

Si les étapes vous semblent compliqué, faites appel à notre service d’études, contactez-nous

 

Dans cet exemple, nous avions décidé de modifier l’éco-système afin d’y implanter une zone de multiplication de plantes.

Vous trouverez aux prochains article les étapes des travaux.

Garder le cap de Plaisir Vert en tant qu’entreprise utile qui démystifie le jardinage et qui permet que chacun profite de son espace vert est une priorité pour moi.

C’est toujours avec émerveillement que je découvre les enseignements du secteur vert où je m’empresse de les partager.

Aventureuse, éclectique, technophile, gourmande, … sont des caractéristiques qui me représentent bien.
Ce qui permet de fortement m’occuper dans la gestion de Plaisir Vert alors que je viens du secteur visuel.